Association GERES

Des serres bioclimatiques en Mongolie

serre bioclimatique en MongolieEn Mongolie, les serres solaires passives connaissent leur première saison de production.

En ce début de printemps, les serres commencent leur première saison culturale complète. Les performances thermiques et agronomiques testées depuis l'automne dernier nous offrent des premiers résultats qui répondent à nos espérances.

La Mongolie est pays singulier. Loin de tout océan, elle s'étend en de vastes steppes bordées par d'imposants massifs montagneux où sévit un climat continental extrême. Le froid surligné par un vent puissant et les très faibles précipitations font de ce pays un milieu particulièrementhostile aux différentes activités humaines.

En particulier, l'agriculture y a toujours été un immense défi technique. Les températures sont à la fois extrêmes au cours de l'hiver et la période froide est très longue. Au cours des périodes les plus froides, en janvier et février, les températures moyennes oscillent entre -20 et -30°C (jusqu'à -40°C). A titre de comparaison, les températures moyennes à Leh se situent entre -3 et -14°C pour la même période avec des températures minimum de -25°C. Six mois durant, les températures ne dépassent pas 0°C. La saison culturale est donc très courte (100 à 150 jours par an).

Mais la Mongolie est aussi le « Pays du ciel bleu » avec plus de 250 jours d'ensoleillement par an, ce qui représente une opportunité pour les techniques du solaire passif et des serres solaires passives en particulier.

Le régime alimentaire des Mongols est très peu diversifié, carencé et se base essentiellement sur les produits carnés et laitiers en raison d'une tradition d'éleveurs-nomades encore très présente. La consommation de légumes est très faible (1/4 de la quantité recommandée par l'OMS) et il s'agit en fait principalement de pomme de terre.

Le projet de serres agricoles passives

L'objectif du projet de sécurité alimentaire (2010-2013) mené par le consortium Secours Catholique/Caritas Mongolie et GERES est de contribuer au développement d'un maraîchage familiale plus productif et plus diversifié afin de réduire l'insécurité alimentaire des familles les plus vulnérables, soit 1000 familles à Ulaanbaatar et dans la province du Gobi-Altai.

Les activités visent à développer et diffuser les serres agricoles solaires passives (180 serres et 75 pépinières), les techniques améliorés de gestion de l'eau et des sols et les celliers bioclimatiques (100 celliers).

Le GERES apporte son expertise technique au partenaire local dans le cadre d'une phase initial de recherche et de développement sur ces trois techniques.

De nouveaux designs de serres solaires passives ont été développés pour les zones péri-urbaines d'Ulaanbaatar. A l'automne 2010, un centre de recherche et de démonstration a été construit au milieu des quartiers de yourtes. Ce centre comprend 2 serres de recherches (avec un design plus performant d'un point thermique), une serre démonstrative familiale destinée à être diffusée aux bénéficiaires et deux pépinières.

En ce début de printemps, les serres commencent leur première saison culturale complète. Les performances thermiques et agronomiques testées depuis l'automne dernier nous offrent des premiers résultats qui répondent à nos espérances.

Les serres de recherche peuvent être utilisées de fin février à début décembre. La saison culturale peut être étendue à 12 mois pour les légumes bulbes qui peuvent passer l'hiver en terre avec une reprise en février. Il faut garder à l'esprit que la pollution atmosphérique d'Ulaanbaatar diminue aussi fortement les radiations solaires hivernales.

Les serres familiales peuvent être utilisées à partir de la mi-mars pour le semis direct de légumes résistants (radis, laitue, navet précoce, épinard). Ces cultures ont une bonne germination à des températures de sol même faibles (5/7°C) et tolèrent des températures nocturnes encore légèrement négatives.

Les serres familiales peuvent être utilisées à partir du 1er avril pour la transplantation de légumes-fruits sensibles (tomate, concombre, poivron). Il n'y a alors plus de risque de gel nocturne (du feutre peut être utilisé pour protéger les plantes en cas de coup de froid) et la température devient favorable à leur croissance (supérieure à 18°C). A cette date, les serres habituellement utilisées à Ulaanbaatar sont encore largement gelées et ne commenceront à fonctionner qu'à la mi-mai.

Le printemps est une période critique d'un point de vue de la sécurité alimentaire ; grâce à ces serres, les familles à Ulaanbaatar pourront avoir accès à des légumes frais et nutritifs dès la mi-avril (légumes à cycle court : radis/laitue).

Quelques données thermiques :

A la mi-mars, lors de nuits encore très froides (minimum de -15°C/-20°C), la serre de recherche apporte un gain de 15/20°C et la serre familiale de 10/15°C. Les températures de sol oscillent entre 8/15°C dans la serre de recherche et entre 5/10°C dans la serre familiale, ce qui est suffisant pour semer les premières cultures.

Perspectives :

Les résultats thermiques nous permettront de comparer les performances des différents designs respectifs et de proposer des optimisations pertinentes. L'objectif des expérimentations agronomiques en 2011 est de proposer un nouveau calendrier pour les agriculteurs adapté à cette saison culturale plus longue, afin d'utiliser au mieux l'opportunité offerte par les serres solaires passives. Les serres solaires passives sont une technologie nouvelle en Mongolie et ont suscité dès le début du projet un grand intérêt auprès des organisations non-gouvernementales et gouvernementales, ce qui est prometteur pour l'avenir de cet outil dans le pays.

Anne Randall | Agronomist et Technical Adviser Mongolia - Country Representative