Association GERES

Les serres bioclimatiques s'installent en PACA !

Culture sous serre bioclimatiqueLancé en 2016, le projet pilote de serres bioclimatiques en région Provence-Alpes-Côte d'Azur montre déjà des résultats très satisfaisants. Cette initiative s'inscrit dans la continuité du projet de serres solaires passives mené en Mongolie. Il avait fait l'objet d'un crowdfunding ayant permis de récolter plus de 10 000 € en octobre 2014 pour agir conjointement « ici » et « là-bas ».

Retour sur les objectifs du projet

La région du sud-est de la France est certes ensoleillée mais les agriculteurs locaux peinent parfois à faire vivre leurs exploitations car les hivers sont rudes en altitude et les oblige à produire sous des serres chauffées très consommatrices d’énergie et coûteuses. A cela s’ajoutent une réduction des surfaces disponibles et une dépendance aux circuits commerciaux de masse. De nombreux agriculteurs tentent ainsi de trouver des solutions alternatives durables pour viabiliser leur production.

En réponse à ce défi, le GERES a lancé un appel à candidatures auprès des petits agriculteurs pour les accompagner dans la construction de serres bioclimatiques adaptées à la région. La technologie bioclimatique mise en œuvre en Mongolie peut apporter une réponse pertinente et accessible aux problématiques de froid chez les agriculteurs français. Chauffées naturellement par l’énergie gratuite du soleil, les serres stockent la chaleur et la restituent la nuit ou lors des épisodes nuageux, ce qui dispense de recourir au chauffage à base d’énergies fossiles pour préserver les plants et les cultures. Elles permettent ainsi de prolonger considérablement la durée de la saison culturale et de maintenir une activité en altitude et en territoires isolés, tout en respectant l’environnement.

Un bilan très positif

Le projet a donc permis d’aller à la rencontre des agriculteurs et six exploitants ont répondu présents pour porter ce projet.

Gisèle Taxil est l’une d’entre eux. Elle témoigne :

Le développement de ma petite production maraichère de plein champ nécessite aujourd'hui d’être appuyée par des cultures sous serre, afin de gagner en précocité, en volume et en diversité de végétaux.

Pourquoi le choix d’une serre bioclimatique ?

La serre permet de protéger du gel sans autre chauffage que celui du soleil et elle est performante en automne, en hiver et au printemps. De plus, c’est un souhait très fort que d’utiliser des matériaux bio-sourcés et de la terre crue pour sa construction. En été, j'utiliserai une partie de l'espace comme séchoir solaire. Cette diversification est primordiale pour mon exploitation car elle permettra d'avoir d'autres revenus, en particulier au printemps, tout en préservant notre environnement.
Le projet en chiffres c’est :
  • 6 exploitations pilotes et 5 technologies différentes
  • 1045 m² de serres solaires passives en cours de construction
  • 2 serres finalisées depuis janvier 2017
  • 100 % des exploitants ayant abandonné l’idée d’un chauffage d’appoint

 

Visite de la serre avec Intancia

La directrice du Fond de dotation Itancia rend visite à Marie Moyet pour découvrir la serre finalisée depuis janvier 2017.

 

La serre de Fabrice en altitude

La serre de Fabrice Hours à Mont Dauphin à plus de 1000 m d’altitude, finalisée depuis janvier 2017

 

Visite de la serre avec l'ADEME

Visite de la serre avec l'ADEME

 

                         Serre de Guy   Srrre de Gisèle

Les autres porteurs de projets continuent d’avancer sur la construction de leur serre, comme Guy Weirat et Gisèle Taxil.

 

                            Culture sous serre classique  Culture sous serre bioclimatique

Un aperçu des haricots plantés le 20 février en même temps dans la serre classique (à gauche) et dans la serre solaire passive (à droite). Les photos ont été prises le même jour, deux semaines plus tard.