Association GERES

Méditerranée du futur : un engagement commun pour les accords sur le climat

Mediterrane du futur LePagemin

Un engagement commun en Méditerranée

Cet évènement d’envergure internationale, initié par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), reflète la volonté de Renaud Muselier, Président de la Région et député européen, de faire de cette région la vitrine des accords sur le climat et un leader du développement durable en Méditerranée. Lors de cette journée ambitieuse, le Prince Albert II de Monaco, et Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères nous ont honorés de leur présence.

L’acte I « un engagement commun pour les accords sur le climat », rythmé de conférences et d’ateliers, a été l’occasion de rassembler des hommes politique, experts et acteurs de développement, pour dialoguer, et approfondir ensemble les enjeux du développement durable et de la coopération en Méditerranée, proposer des solutions et formaliser des engagements.

En tant qu’ONG de développement œuvrant pour l’environnement, le GERES a été invité à participer et à intervenir dans le cadre de cette journée consacrée à la « Méditerranée du Futur ». Le GERES partage la conviction qu'il est nécessaire de fédérer les pays et acteurs du pourtour méditerranéen autour des problématiques de l’environnement et du changement climatique et s’est réjoui de cette invitation. La présence des ONG, des associations et des entreprises est cruciale et rappelle la nécessité d’allier l’engagement politique à la mise en œuvre d’actions concrètes.

Le GERES espère voir les engagements de la Région PACA se concrétiser dans un plan climat ambitieux et exemplaire dont les contours ont été esquissés lors de cet évènement. Ce plan climat, annoncé pour le 8 décembre prochain, « pour une région propre, durable et innovante », comprendrait notamment la réduction de 25 % des émissions de gaz à effets de serre dans les transports, la préférence aux circuits courts et aux énergies renouvelables, un objectif de "zéro plastique" en Méditerranée à horizon 2030 et un accès aux financements facilité en Méditerranée pour permettre à chaque pays de se développer.

Le GERES réitère son souhait d’accompagner la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur dans sa politique de développement durable, ainsi que ses partenaires de coopération en Méditerranée, telle que la Région Tanger Tétouan et d'autres territoires du pourtour méditerranéen.

La Méditerranée, un territoire de prédilection pour le GERES

Le GERES accompagne le souhait exprimé par Renaud Muselier, Président de la Région PACA, de faire de la Méditerranée une "Méditerranée propre et durable". L’espace méditerranéen a toujours été et reste une région d’activité privilégiée du GERES. L’ONG est née il y a 40 ans à Marseille, en Région PACA, et est intervenu pour la première fois à l'international au Maroc, en faisant de l’accès à l’électricité en zones rurales une priorité.

Aujourd’hui encore, le GERES agit au Maroc au côté de ses partenaires locaux pour accompagner la transition écologique des villes et des territoires. Depuis 2015, le GERES poursuit ainsi l’accompagnement de la Commune de Chefchaouen dans sa transition écologique. Les projets de rénovation des hammams et de diffusion de fours améliorés à l’échelle du pays participent aussi au développement de véritables filières économiques durables.

En France, le GERES œuvre auprès des ménages de Provence-Alpes-Côte d’Azur pour une meilleure maîtrise de leurs consommations d’énergie et accompagne les acteurs économiques dans leur démarche de valorisation des déchets organiques.

Participation du GERES à deux ateliers d'échanges

 Atelier 2, en présence de Marie-Noëlle Reboulet, Présidente du GERES

Mediterrane du futur Atelier2 MarieNoelle Reboulet 2min

Marie-Noëlle Reboulet, Présidente du GERES est intervenue lors de l'Atelier 2 « Changement climatique et opportunités économiques vertes et bleues ».

Lors d’une première table ronde, les intervenants de l’atelier (entreprises, associations et collectivités territoriales) ont présenté un panorama non-exhaustif des enjeux économiques liés au changement climatique et la façon dont ils innovent et font évoluer leur métier pour répondre au défi climatique.

Dans un second temps, ils ont partagé leur analyse sur les barrières rencontrées et ont proposé des leviers d’action pour faire de la Méditerranée un laboratoire d’action pour le climat, notamment dans le domaine de l’innovation et la sensibilisation à une consommation durable. Encourager l’innovation à tous les niveaux de l’action publique, soutenir l’entreprenariat innovant, faciliter le transfert d’expertise à l’international, sensibiliser tous les acteurs sur la durabilité de leurs achats, font partie des leviers d’action cité lors de ces échanges.

A cette occasion, Marie-Noëlle Reboulet rappelle la nécessité d'être créatif, innovant et collaboratif pour répondre aux enjeux de la lutte contre le changement climatique. L’innovation ne doit pas se limiter à une innovation technologique. Elle doit se faire en collaboration avec des acteurs divers, et être en phase avec les usages et les pratiques socio-culturelles des populations, afin de proposer des solutions adaptées à chaque contexte.

 Atelier 4, en présence de Clémentine Laratte, Conseillère technique Climat et Territoires

Mediterrane du futur Atelier4 ClmentineLaratte 2min

Cet atelier a abordé le thème de l’engagement des acteurs locaux pour atteindre les grands objectifs mondiaux. Clémentine Laratte est intervenue en tant que Conseillère technique Climat et territoires, au côté de Mohamed Sefiani, Maire de la Commune de Chefchaouen, pour présenter les apports de ce partenariat entre le GERES, une ONG de développement, et une collectivité territoriale.

En tant que relais des politiques nationales, les collectivités sont des partenaires privilégiés du GERES. Clémentine Laratte a rappelé que le GERES est dans une démarche de partage et de transfert de connaissances pour accompagner les collectivités sur le plan technique tant au niveau de la planification des politiques que du déploiement de projets pilotes de transition énergétique et climatique. 

Le projet d'accompagnement de la ville de Chefchaouen se traduit par un programme d’actions multiples : maitrise et réduction des consommations énergétiques, renforcement de la gouvernance et des compétences locales, mise en place d’un service communal d’énergie et d'un conseil participatif de l'énergie et du climat, formations, sensibilisation des citoyens.

M. Sefiani a loué ce partenariat de longue date. « Nous avons la volonté politique d’engager la transition énergétique de Chefchaouen et l’expertise technique du GERES est très importante pour nous ».

Mediterrane du futur Atelier4 ClmentineLaratte 5minClémentine Laratte a également rappelé qu’il est indispensable pour les collectivités locales de disposer d’outils et de services adaptés à leurs compétences et échelle d'intervention. C’est ce que propose le GERES avec le Centre Info Energie de Chefchaouen, au regard de son expérience d’animation des Espaces Info Energie en région PACA. Ce type d’outil favorise le partage et l’implication des citoyens sur les sujets d’efficacité énergétique. L’enjeu consiste à pérenniser et capitaliser cet outil et les services associés et d’élargir le champ d’action à d’autres territoires du Maroc, telle que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Le GERES a initié en ce sens une démarche de capitalisation associant notamment des acteurs au Maroc, en France, au Tadjikistan, Tunisie, etc.

Ces échanges avec M. Sefiani et Mme. Bouzekry, Vice-Présidente du Conseil de la Région Tanger Tétouan Al Hoceima auront permis de consolider les relations entre le GERES et ses partenaires d’action présents et futurs.

> Plus d’informations sur le projet