Association GERES

Crowdfunding pour des serres bioclimatiques, en soutien aux agriculteurs mongols et français

campagne-kkbb2014Aubagne le 15/10/2014 – Le transfert de technologie du Sud vers le Nord, cela n’est pas commun. Les serres solaires passives développées par le GERES en Mongolie ont prouvé leur efficacité dans l’agriculture familiale de haute montagne pour soutenir la sécurité alimentaire du pays. La technologie pourrait être implantée en région PACA avec la mobilisation du financement participatif.

Montez trois murs de terre. Posez une bâche transparente en guise de toit. Et faites cuire le tout, plein sud, en altitude. La réverbération fera le reste… La serre solaire passive (ou bioclimatique) construite avec des matériaux locaux n'utilise aucun système actif de chauffage. L'effet de serre et l'accumulation, restitution de la chaleur par des murs construits en matériaux lourds permet d'assurer une température de 10 à 15°C supérieure à la température extérieure. Durant les nuits froides, il ne gèle pas.

L’histoire de la serre solaire passive n’est pas nouvelle. Elle débute en 2004 au Ladakh dans l’Himalaya. Dans ce désert froid du nord de l’Inde, l’introduction de ces serres isolées constitue une révolution. Alimentaire et économique. « Avant rien ne poussait ici l’hiver, il fait bien trop froid », relate Ugyan Phuntsok du village de Sasoma, « mais maintenant nous mangeons des légumes toute l’année, même quand il fait -30 degrés. Cela pousse tellement bien que nous arrivons même à vendre une partie de notre production ! ». En quatre ans, 540 serres ont ainsi été construites au Ladakh par le GERES.

L’aventure ne pouvait s’arrêter en si bon chemin. En Afghanistan, au Kirghizstan, au Tadjikistan, puis en Mongolie, les familles ont été conquises par cette petite technologie. Outre leur qualité environnementale, les serres solaires passives permettent la diversification des denrées alimentaires, et un réel impact sur la santé des gens. A ce jour, 1 003 serres agricoles ont été construites avec le GERES, dont plus de 200 dans l'Arkhangaï en Mongolie.

Un bel effet de serre, des steppes mongoles aux montagnes alpines

Stocker l’énergie du soleil pendant la journée et la rediffuser pendant la nuit. Le principe permet de doubler la saison de culture des agriculteurs mongols de 4 à 8 mois. Ce moyen écologique pour soutenir la production maraîchère intéresse aussi de nombreux producteurs français.

Stephane Lecler, maraîcher en agriculture biologique à la ferme de Cataluegue à Sainte Maxime dans le Var aimerait tenter l’expérience sur son site pilote. « Pour moi, l’intérêt de la serre passive viserait essentiellement la production de jeunes plants, explique le producteur. Cela me permettrait d’être autonome et de faire des économies de carburant car je dois faire 200 km pour acheter mes plants de Stévia à Aix en Provence ».

Essaimer la serre solaire en France, de nombreux agriculteurs le souhaitent vivement. Le GERES propose d’assurer le transfert de la technologie dans un projet pilote en région PACA. Pour couvrir le financement estimé à 10 000€, le GERES décide pour la première fois de lancer une collecte participative sur la plateforme KissKissBankBank, à l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation.

Le 25 octobre, une soirée festive organisée à Marseille au parc Longchamp inaugurera cette campagne de crowdfunding sous le signe de la Solidarité Climatique. Venez nombreux.

Contact presse
Caroline PIERRET
Tél : + 33 4 42 18 55 88
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
A propos du GERES

Téléchargez le communiqué de presse

 Relayez notre campagne sur KissKissBankBank

 


A propos des projets et de la campagne de crowdfunding

En Mongolie

242 serres ont pu être construites dans 3 provinces de Mongolie depuis 2010, avec l’appui de partenaires locaux et financiers. Aujourd’hui, 332 familles sont bénéficiaires d’une serre. Cela signifie que plus 1 600 familles ont accès à des légumes frais et de qualité grâce aux dons des proches et la vente des maraîchers. La diversification des aliments garantit au final une meilleure santé à l’ensemble de la population.

Toutefois, la sensibilisation des jeunes générations à ces nouvelles habitudes alimentaires est indispensable pour pérenniser les impacts du projet dans les familles.
Pour ce faire, les écoles de 11 villages où une serre a été construite recevront la visite d’un agronome. Des cours de cuisines seront proposés aux élèves de 10 ans. Les cuisinières des cantines espèrent une formation pour apprendre à utiliser de nouveaux légumes et diversifier les plats quotidiens des enfants.

En France

Le contexte climatique dans le sud-est de la France est bien moins rude qu'en Mongolie mais suffisamment froid en hiver pour rendre impossible l'utilisation de serre sans système additionnel de chauffage. De nombreux producteurs abandonnent les productions hivernales, de légumes et plants, parce qu’elles ne permettent plus de couvrir leurs charges d’énergie.

La technologie bioclimatique mise en œuvre en Mongolie peut apporter une réponse pertinente aux problématiques des agriculteurs français. Chauffées naturellement par l’énergie du soleil, les serres stockent la chaleur et la restituent la nuit, ce qui dispense de recourir au chauffage à base d’énergies fossiles. Cela permet en outre un meilleur impact économique et environnemental.

L'objectif de ce projet pilote est d'aller à la rencontre des agriculteurs pour définir les conditions de mise en œuvre adaptées en PACA et de sélectionner des porteurs de projets. Il s’agira d'identifier des sites potentiels, d'analyser les techniques locales de constructions, de définir les types de matériaux disponibles, d'établir les grandes lignes de la conception technique des serres.

Du financement participatif à la Solidarité climatique

La campagne que nous lançons sur KissKissBankBank vous invite à financer d’une part les actions de sensibilisation nutritionnelle dans les écoles mongoles, et d’autre part à soutenir l’agriculture locale durable en France grâce à l’implantation d’une technologie bas carbone, dont l’efficacité est éprouvée tant sur le plan économique que sur le plan environnemental.

Cette campagne incite à la Solidarité climatique car elle conjugue deux démarches complémentaires pour ralentir le réchauffement climatique et encourager un développement durable pour tous : 1. la réduction de nos émissions de gaz à effet de serres ; 2. l’accompagnement des populations vulnérables vers un développement sobre en carbone.

En soutenant, notre double projet en France et en Mongolie, vous devenez vous aussi un acteur de la Solidarité climatique.

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/serres-bioclimatiques-des-steppes-mongoles-a-la-mediterranee