Association GERES

2016 : traduire les engagements en actions !

Coordination SUD

 

2015 fut, sans surprise, une année décisive pour tous les acteurs engagés dans le suivi des négociations internationales sur les changements climatiques. De fait, le 12 décembre 2015, au terme de deux intenses semaines de négociations, l’Accord de Paris a été adopté par les 195 Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Que dire de cet Accord ? Par son caractère universel, l’Accord est historique. Pour la première fois, l’ensemble des Parties se sont engagées, quel que soit leur niveau de développement à « contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5°C ».

Cependant, même s’il a pris la forme d’un traité que les Parties doivent donc « opérer de bonne foi », le langage utilisé ne comporte quasiment aucune obligation : tout repose donc sur la seule bonne volonté des Etats. Mais à l’heure actuelle, cette « bonne volonté » nous place sur la trajectoire d’un réchauffement climatique mondial de +3,5°C.

Bien loin, donc, des +1,5°C promis ! L’heure est donc à la concrétisation des engagements, qu’ils aient été pris sur la limitation des émissions de GES ou sur les financements, mais aussi à leur renforcement. Ainsi, la finance climat, et plus particulièrement le suivi de la cohérence entre les annonces de financements et la stratégie effective des pouvoirs publics français, sera à l’ordre du jour des travaux du sous-groupe Financements. En particulier, en 2016, l’AFD a prévu une révision de son cadre d’intervention transversal climat qui orientera son action de lutte contre les changements climatiques pour la période 2017-2020. Compte tenu des engagements élevés de la France pris en 2015, et surtout de la stratégie AFD qui fait du climat un pilier fondamental, il est essentiel qu’une certaine transparence soit de mise pour assurer la robustesse de la caractérisation climat et de la comptabilisation des fonds, au titre des financements climat. Les organisations de la CCD tâcheront de faire entendre leurs voix : leur connaissance des problématiques de la finance climat, mais aussi leurs expériences de terrain sur les projets intégrant la contrainte climat, doit pouvoir permettre d’améliorer les méthodologies de mesure de l’impact climat des investissements.

Il est également absolument nécessaire que certaines faiblesses ou sujets volontairement écartés jusqu’ici dans l’Accord soient traités avant son entrée en vigueur. Par exemple, la mention dans le texte de la nécessité de « parvenir à un équilibre entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre au cours de la deuxième moitié du siècle » ouvre un large champ aux mécanismes de compensation. Le sous-groupe Efficacité et risques des mécanismes internationaux climat sera donc particulièrement mobilisé au début de l’année 2016 afin de décrypter et d’analyser les propositions des Parties. En outre, comme en 2015, la commission maintiendra cette année son effort de formation à l’intégration des enjeux climat dans les projets de développement, à travers :
- la poursuite de son engagement auprès du Réseau Climat & Développement ;
- la réalisation d’une session de formation2, pour les organisations du Sud comme du Nord ;
- et l’organisation d’un webinaire « Comment auto-évaluer son projet d’accès à l’énergie ? », basé sur les résultats de l’étude du sous-groupe Accès à l’énergie.

Pour finir, 2016 est une année à fort enjeu concernant les suites à donner aux activités de la commission. Le projet principal de la CCD, entamé en 2013, prendra officiellement fin en 2016. Le 1er semestre sera donc consacré au bilan, à l’évaluation et à l’élaboration d’une stratégie future, en lien avec les autres espaces collectifs de Coordination SUD.

A la Une
  • Quelles suites directes à l’Accord de Paris ?
  • Le cadre d’intervention transversal climat de l’AFD : quel avenir pour les engagements pris par l’agence ?
  • Les financements climat français : lier les paroles et les actes !
  • Quelles suites pour la commission Climat et développement après 2016 ?

 

notes ccd fevrier 2016Télécharger les Notes de la CCD - Février 2016

La publication de cette note a été coordonnée par le GERES. La rédaction de cette Note a été assurée par l'Association la Voûte Nubienne, CARI et le GERES.

Page officielle de la Commission Climat et développement