RESTEZ INFORMÉ DE NOS INFORMATIONS JE M'INSCRIS À LA NEWSLETTER
24 janvier 2023

Le Geres ouvre une antenne au Burkina Faso

Grande première : le Geres s’installe au Burkina Faso. On fait le point sur les actions en cours avec Carole Dehu, représentante du pays pour le Geres. Interview.

Carole, tu es représentante pays pour la nouvelle antenne Geres au Burkina. Peux-tu nous décrire en quelques mots ton parcours ?

C-D – J’ai grandi dans un environnement agricole et viticole dans la belle région de Champagne. Puis, j’ai étudié la gestion industrielle, plus précisément l’organisation et la gestion de production.

Monde dans lequel j’ai travaillé pendant 7 ans en France. Une opportunité de changement de carrière s’est offerte à moi, je l’ai alors saisi pour me lancer dans le monde de l’humanitaire, en entrant par la porte de la logistique. Après avoir travaillé de nombreuses années dans le secteur de l’urgence, je me suis progressivement orientée vers le développement. Je fête cette année « ma majorité », puisque cela fait 18 ans que je travaille au sein d’ONG à l’international, en Afrique, Asie et Caraïbes.

Avec quel objectif le Geres s’est-il installé au Burkina Faso ?

C-D – Le Geres a mené ses premières interventions au Burkina Faso à la fin des années 80. Différents projets y ont été menés. Dernièrement encore, une assistance technique a été apportée à un grand projet dans la boucle du Mouhoun, incluant une Zone d’Activité Electrifiée, où nous avons pu apporter notre expertise. En parallèle, le projet Bois Energie Sahel a été conçu pour les 3 pays que sont le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

Le Geres est implanté au Mali, mais n’était pas encore durablement au Burkina Faso, où de nombreux besoins à couvrir autour de la solidarité climatique se font ressentir. C’est depuis Ouagadougou que le projet Bois Energie Sahel va être piloté pour le Geres. Nous avons également pour objectif de pouvoir développer de nouveaux projets pertinents dans cette région du Sahel enclavée, où la dégradation des quelques forêts s’intensifie, notamment du fait de la pression démographique et de la pauvreté.

Peux-tu nous parler du programme et pourquoi l’avoir déployé dans ce pays ?

C-D – Le projet Bois Energie Sahel va se dérouler sur 4 ans, sur la base d’un financement de l’AFD et du FFEM de 4 millions d’euros, pour les 3 partenaires du consortium que sont l’agence hybrid strategies consulting Hystra, le lead du projet, Entrepreneurs du Monde et le Geres. Ce projet vise à améliorer les conditions d’accès à l’énergie de cuisson des populations des principaux centres urbains du Burkina Faso, Mali et Niger.

Le projet contribuera au ralentissement de la dégradation des forêts en périphérie de Ouagadougou, Bamako et Niamey, et au renforcement des capacités des acteurs privés du secteur et des structures institutionnelles aux différentes échelles, en cohérence avec les stratégies nationales d’énergie domestiques. Le bois énergie est le combustible principal pour plus de 80% des ménages, car il est bon marché, et les alternatives sont parfois indisponibles (électricité, gaz…).

Ce projet émerge d’un constat principal qui est que la transition du bois-énergie vers ses alternatives (GPL, résidus agricoles, etc.) est actuellement trop lente pour enrayer la dégradation du couvert forestier des 3 pays qui suit une des plus mauvaises trajectoires mondiales.

L’aspect innovant du projet est la prise en compte de l’aspiration des ménages, la disponibilité des produits, et l’accessibilité financière.

Une plus grande partie de la population pourra prendre conscience des options possibles de cuisson propre et efficace accessibles dans sa ville et se doter plus facilement d’un équipement de cuisson adapté à ses besoins et à ses capacités financières tout en réduisant l’impact sur l’environnement, ses dépenses en énergie de cuisson, les effets néfastes des fumées sur sa santé et les risques de protection liés à la collecte de bois.

 

La nouvelle équipe Geres au Burkina Faso
Les actions du Geres au Burkina Faso

Quel est le rôle du Geres quant à ce programme ?

C-D – A travers ce projet, nous intervenons directement dans les 3 pays : au Mali depuis nos antennes de Bamako et Ségou, et au Burkina Faso et Niger depuis notre antenne de Ouagadougou.

Le Geres a en charge la responsabilité globale du Pilier I, qui consiste à faire vivre une « plateforme Bois-Energie au Sahel » en veillant à produire et mettre à disposition des parties-prenantes, des connaissances et du contenu, sur la filière Cuisson Propre et Efficace dans la région. Le Geres va mobiliser une assistance technique pour répondre aux besoins en lien avec le projet, d’acteurs clés de la filière.

D’autre part, le Geres mettra en œuvre la stratégie de sensibilisation grand public pour favoriser la dissémination d’équipements CPE. Enfin, le Geres a un rôle transversal sur le suivi-évaluation, le genre et la communication institutionnelle du projet.

C-D – Quelle vision pour cette antenne à 5 ans (développement des équipes, nombres de salariés, partenariats…) ?

C-D – L’antenne du Burkina Faso, qui vient à peine d’éclore, souhaite développer des partenariats locaux pour assurer un meilleur ancrage et une meilleure pérennité de ses projets, autour des 5 expertises métier du Geres, mais plus particulièrement de l’accès à l’énergie, la maitrise de la demande en énergie et le déploiement des énergies renouvelables.

L’équipe opérationnelle Geres, récemment dotée d’une Chargée de mission, pourra alors être renforcée pour veiller à une extension géographique, thématique et maximiser ses activités.

Quelles sont les Prochaines étapes clé du programme ?

C-D – Le Geres va désormais pouvoir contribuer plus efficacement à la collecte de données et étude de marché, mais aussi identifier et rassembler les différents acteurs de la filière Cuisson Propre et Efficace, tant les fabricants et distributeurs, que les autorités ou les alliances nationales.

L’actualité du Geres

Le Geres ouvre une antenne au Burkina Faso

Le Geres ouvre une antenne au Burkina Faso

Grande première : le Geres s'installe au Burkina Faso. On fait le point sur les actions en cours avec Carole Dehu, représentante du ...

Laurence Tommasino : « en 2023, notre défi sera de redoubler d’effort pour adapter nos modalités d’intervention selon les contextes géopolitiques »

Laurence Tommasino : « en 2023, notre défi sera de redoubler d’effort pour adapter nos modalités d’intervention selon les contextes géopolitiques »

En ce début d'année, l'heure est au bilan. Laurence Tommasino, déléguée générale du Geres, nous confie les temps forts du Geres en ...

Monsieur le Président, vous aussi vous avez le droit à l’erreur, mais corrigez-la.

Monsieur le Président, vous aussi vous avez le droit à l’erreur, mais corrigez-la.

Lettre à Emmanuel Macron Monsieur le Président,  Ce samedi 31 décembre à l’occasion de vos vœux adressés à la nation vous avez ...

VOUS SOUHAITEZ AGIR EN FAVEUR DE LA SOLIDARITÉ
CLIMATIQUE ET SOUTENIR NOS ACTIONS ?

Dites-nous qui vous êtes et découvrez vos moyens d’action

CITOYEN·NE·S

Parce que la Solidarité climatique est l’affaire de toutes et tous, le Geres vous donne les clés pour passer à l’action.

AGIR EN TANT QUE CITOYEN·NE

ENTREPRISES

En tant que dirigeant·e d’entreprise, employé·e ou client·e responsable, vous avez le pouvoir d’agir au quotidien.

AGIR EN TANT QU’ENTREPRISE

INSTITUTIONS & COLLECTIVITÉS

Soutenez nos actions en France et à l’international et devenez un acteur de la Solidarité climatique.

AGIR EN TANT QU’INSTITUTION

FONDATIONS

En vous engageant aux côtés du Geres, vous contribuez à la mise en œuvre d’actions innovantes et concrètes.

AGIR EN TANT QUE FONDATION