RESTEZ INFORMÉ DE NOS INFORMATIONS JE M'INSCRIS À LA NEWSLETTER
31 janvier 2022

“La transformation écologique ne se fera pas sans l’humain” : Veolia revient sur son engagement avec #TuGères

En 2021, alors que le Geres lançait pour la première fois son programme #TuGères, Veolia nous a contacté pour proposer son soutien à l’initiative. De fil en aiguille, ce soutien s’est transformé en véritable partenariat enrichissant notre projet et ceux des jeunes.

Retour en interview sur cette démarche avec Diana Lemeur et Christophe Ghibaudo, tou·tes deux directrice et directeur de la communication région sud, respectivement pour l’activité “eau” et pour l’activité “recyclage et valorisation des déchets”.

En deux mots Veolia c’est quoi ?

et quelles sont vos actions en matière d’environnement ?

Veolia est le leader mondial de la transformation écologique : nous concevons et déployons des solutions pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, et ces solutions ont toutes pour vocation de participer au développement durable des villes et des industries en développant l’accès aux ressources, en les préservant et en les renouvelant.

Veolia aujourd’hui c’est près de 179 000 collaborateurs dans le monde, avec une très grande diversité de métiers. On y retrouve tous les niveaux de qualification, des électro-mécanicien•nes, des rippeur•euses, chauffeur•euses poids lourd, manutentionnaires, agent•es d’assainissements, mais aussi bien sûr des chef•es d’équipe, de secteurs, d’unités, etc. 

Une de nos grandes fierté chez Veolia, c’est que nous pouvons  embaucher des personnes sans ou avec très peu de qualifications et leur proposer d’évoluer dans l’entreprise. Nous avons de très beaux parcours, de très belles histoires dans ce groupe, car on peut y progresser, y faire de la formation interne, y évoluer. Des salarié•es ont commencé chez nous en 1973 sans aucun diplôme, même pas un certificat d’études, et sont aujourd’hui directeur•trices de métiers.

Veolia parle de son partenariat avec tugères Geres

Qu’est-ce qui vous a incité à vous rapprocher du Geres dans le cadre de son programme #TuGères ?

Outre le fait que nous étions très intéressés par le fait de s’adresser aux jeunes, pour faire connaître nos activités auprès d’eux, nous avons été très sensibles à la démarche consistant à leur donner des clés sur les enjeux environnementaux et sociaux. Parce que comprendre c’est déjà agir, et se mettre en situation  d’acteur•trice permet de rester optimistes. C’est d’ailleurs également l’objectif poursuivi par le programme Culture Green, une web application qui permet de tester chaque semaine ses connaissances en matière d’écologie et d’encourager des projets à impact. 

On a conscience que la jeunesse, malgré l’inquiétude palpable, s’implique beaucoup dans l’environnement. Cette idée de permettre d’acquérir des compétences et d’agir positivement contre les changements climatiques, ça nous semblait évident et en phase avec la raison d’être de Veolia. 

Pour certain.es jeunes, pousser une gueulante ce n’est plus suffisant, certain•es se demandent comment ils vont vivre dans 20 ans et veulent vraiment passer à l’action. Ça nous intéresse de travailler avec vous pour motiver la jeunesse, dire que c’est pas trop tard et essayer de faire quelque chose

Vous avez proposé aux jeunes de la promo #TuGères 2021 de travailler sur l’une de vos problématiques, pouvez-vous nous raconter ?  Qu’avez-vous pensé de leurs idées ? 

 Nous recrutons régulièrement et nous avons pour objectif de féminiser nos équipes. Or nos métiers assez techniques sont encore trop souvent considérés comme “masculins”. Il faut que nous parvenions à faire connaître ces métiers pour susciter des vocations, notamment auprès des jeunes et particulièrement des jeunes femmes. 

Pour cela, quoi de mieux que d’interroger les jeunes directement! Objectif atteint : ça nous a fait sortir de nos sentiers habituels, avec des idées de la promotion #TuGères un peu disruptives, différentes, un autre éclairage. Aujourd’hui il nous reste à passer un peu de temps sur ces idées pour voir lesquelles nous pouvons mettre en œuvre. 

Il reste quand même difficile de rendre nos métiers sexy, notamment autour des déchets, c’est intéressant de constater que les jeunes ont tout de suite compris l’intérêt d’agir sur l’image de nos métiers, très jeune, par exemple en créant des poupées pratiquant nos métiers. 

Session de travail jeunes tugères sur le recrutement femmes veolia

Pour vous quel rôle doivent avoir les entreprises en matière de prise de conscience et de passage à l’action sur les sujets climat / solidarité ?

Tous les acteurs ont un rôle à jouer dans la lutte contre les changements climatiques. Si une boîte comme la nôtre ne s’y met pas, on a du souci à se faire! . Aujourd’hui c’est la responsabilité d’une entreprise de se mobiliser : une entreprise n’est prospère que si elle est utile. Utile, ça veut dire avoir un impact positif là où elle agit, sur le plan environnemental et économique mais aussi au niveau social et sociétal. La transformation écologique doit être une rencontre entre des solutions environnementales et des engagements citoyens.

Et plus particulièrement au niveau de la jeunesse, que pouvez-vous faire, en tant qu’entreprises ?

Nous sommes présents dans les forums étudiants, nous entretenons des relations avec un réseau de campus, pour orienter les jeunes vers des offres d’emploi, et donner de la visibilité à nos métiers. Au delà de cet aspect formation, de recrutement sur des métiers d’avenir et qui ont du sens, nous faisons aussi d’autres actions comme participer à #TuGères, par exemple, qui permet de concevoir l’avenir positivement. C’est important pour nous de contribuer à l’optimisme, à la curiosité, de pousser à la réflexion. Une entreprise et des jeunes peuvent se parler, peuvent échanger. 

L’idée de ce partenariat ce n’est pas uniquement d’accompagner les jeunes dans une prise de conscience des enjeux environnementaux, c’est aussi d’être à l’écoute, de leur énergie, de leurs idées, c’est une relation dans les deux sens. 

Justement l’un des jeunes de la promotion #TuGères, Yoan, a un projet autour du réemploi des déchets, qu’est-ce que cela vous inspire ?

Oui, le projet de Yoan nous a fortement interpellé car il s’inscrit dans une logique à laquelle nous croyons : le réemploi, le recyclage et plus généralement l’économie circulaire. L’idée d’allier l’art à cette action de sensibilisation dans les écoles, mais aussi via un tutoriel, et pourquoi pas un documentaire, c’est pertinent, car il y a un beau mélange dans son message : aller dans les écoles pour expliquer ce qu’il fait (on sait que les enfants éduquent aussi leurs parents), faire en sorte que tout le monde puisse s’approprier le réemploi c’est vraiment une riche idée. Ça nous a donné très vite envie d’accompagner ce type d’actions. 

Et ça change aussi le regard que l’on peut avoir sur les déchets, ce ne sont plus des déchets ce sont des ressources! 

Nous avons déjà échangé avec Yoan autour de son projet pour voir comment on pourrait le soutenir. Affaire à suivre. 

Un dernier message que vous souhaiteriez adresser à la jeunesse ?

S’ il y avait une chose à dire aux jeunes inquiet•es pour l’avenir, c’est de rester optimistes, de ne rien lâcher, d’avancer ensemble. Les solutions ne sont pas que techniques, l’innovation c’est aussi inventer de nouveaux modèles, de nouveaux modes de collaboration. 

#TUGÈRES, LE BILAN

VOUS SOUHAITEZ AGIR EN FAVEUR DE LA SOLIDARITÉ
CLIMATIQUE ET SOUTENIR NOS ACTIONS ?

Dites-nous qui vous êtes et découvrez vos moyens d'action

CITOYEN·NE·S

Parce que la Solidarité climatique est l’affaire de toutes et tous, le Geres vous donne les clés pour passer à l’action.

AGIR EN TANT QUE CITOYEN·NE

ENTREPRISES

En tant que dirigeant·e d'entreprise, employé·e ou client·e responsable, vous avez le pouvoir d'agir au quotidien.

AGIR EN TANT QU'ENTREPRISE

INSTITUTIONS & COLLECTIVITÉS

Soutenez nos actions en France et à l'international et devenez un acteur de la Solidarité climatique.

AGIR EN TANT QU'INSTITUTION

FONDATIONS

En vous engageant aux côtés du Geres, vous contribuez à la mise en œuvre d’actions innovantes et concrètes.

AGIR EN TANT QUE FONDATION