RESTEZ INFORMÉ DE NOS INFORMATIONS JE M'INSCRIS À LA NEWSLETTER
26 janvier 2022

D’après une récente étude du Geres, l’adoption de la cuisson électrique séduit les zones rurales du Myanmar

Pour faciliter l’accès de tous.te.s à des services énergétiques fiables, durables et financièrement abordables mais aussi lutter contre l’utilisation abusive du charbon de bois pour la cuisson domestique, le Geres a réalisé un travail de recherche de 6 mois portant sur 50 foyers ayant adopté récemment la cuisson électrique. Retour d’expérience.  

 

 Il s’agit d’une étude pilote réalisée par le Geres dans le cadre du programme Electric Cooking Outreach (ECO) financé par le programme MECS (Modern Energy Cooking Services).

L’ÉLECTRIQUE pour remplacer la cuisson au charbon de bois, Vecteur de pollution

Contexte. Le saviez- vous ? Le centre du Myanmar abrite une « dry zone » avec un accès à l’électricité limité, voire parfois totalement absent. Cette zone représente 30% des ménages birmans et 80% d’entre eux cuisinent au bois à l’aide de foyers de cuisson traditionnels.

Problème : ces pratiques de cuisson, en plus d’être particulièrement polluantes pour l’atmosphère, exercent une forte pression sur les ressources forestières et provoquent une forte pollution domestique et des risques sanitaires, notamment pour les femmes (encore trop souvent assignées à la cuisine).

D’après le journal de bord de cuisson rempli par 50 foyers pendant 6 mois, on constate une adoption rapide des équipements de cuisson électriques dans le quotidien DES BIRMANS

Pour cette étude pilote réalisée en 2021, le Geres s’est concentré sur 50 ménages villageois récemment raccordés au réseau dans la région birmane de Thazi. Les résultats montrent que l’adoption des appareils de cuisson électrique – tels que les cuiseurs à riz, les bouilloires et les poêles à frire (figure 2 du schéma en anglais ci-dessous) – a été rapide, significative et durable dans leur quotidien.

Grâce au journal de bord de cuisson tenu par les ménages concernés, l’étude permet de répondre aux questions suivantes :

  • Les appareils de cuisson électriques sont-ils adaptés à la culture culinaire locale et à l’approvisionnement en électricité au Myanmar ?
  • Les ménages sont-ils prêts à utiliser ces appareils et à payer pour accéder à la cuisson électrique sur le long terme ?
  • Quels sont les impacts de l’adoption de la cuisson électrique dans leur quotidien et particulièrement dans celui des femmes, très touchées par ces usages ?
Utilisatrices birmanes cuisson électrique myanmar
Figure 1. Combustible utilisé pour cuisiner et énergie totale consommée par source d'énergie (source rapport final du projet ECO mené par le Geres).

Dans le schéma ci-dessus, on constate ici que l’introduction des appareils de cuisson électrique ( = « eCooking ») durant la phase 2 soit le 2ème mois, a eu pour conséquence de doubler l’utilisation de la cuisson électrique par rapport à la phase de référence (le 1er mois).

D’après la figure 1 du schéma, on voit que les personnes choisissent de cuisiner à l’électricité pendant toute la durée du projet pilote de 6 mois. Par exemple, pendant la phase 4 (6ème mois d’étude), l’utilisation des équipements électriques augmente encore pour atteindre environ deux tiers des activités de cuisson.

Figure 2. Appareils utilisés pour la cuisson (source rapport final du projet ECO mené par le Geres).

– 50 % : c’est le pourcentage de réduction d’utilisation du bois de chauffage pour la cuisson par rapport à la situation de référence. L’utilisation du charbon de bois a quant à elle quasiment disparu sur la même période.

L’effet sur la cuisson du riz est particulièrement notable. On constate que 80 % de la cuisson du riz est réalisée à partir d’un cuiseurs à riz électrique, contre moins de 30 % pendant la phase de référence.

L’étude montre également que la cuisson électrique est compatible avec les pratiques culinaires locales. Pourquoi ? Car on se rend compte que les ménages n’ont pas changé leurs menus.

La cuisson électrique : un gain de temps conséquent, en particulier pour les femmes

A travers les pages du journal de bord de cuisson, les ménages soulignent à quel point la cuisson électrique est plus facile, plus propre, moins chère et, surtout, plus pratique.

Par ailleurs, selon les témoignages, l’adoption de la cuisine électrique permettrait de gagner un temps conséquent. Et pour cause : d’après la figure 3 ci-dessous, le temps moyen passé à cuisiner par jour, aurait diminué de plus de 30 minutes.

Des avantages qui sont particulièrement importants pour les femmes. Le Myanmar demeure une société très patriarcale. Les femmes restent malheureusement encore les principales cuisinières et de surcroit, touchées de manière disproportionnée par la pollution de l’air domestique, les effets sur la santé et les corvées quotidiennes associées à la cuisson au bois de chauffage ou au charbon de bois.

Figure 3. Temps passé à cuisiner par jour (source rapport final du projet ECO mené par le Geres).

Le manque d’accès à des appareils de cuisson électrique : un frein à son adoption dans les villages ruraux

Alors que les ménages montrent clairement l’envie de passer à la cuisson électrique, on note que le manque d’accès (c’est-à-dire le coût initial et la disponibilité au dernier kilomètre) à des appareils de cuisson électriques de qualité se révèle être le principal obstacle à son adoption dans les zones rurales.

Autre point faible : le mauvais accès à l’information. 50 % des participant.e.s considèrent par exemple que l’électricité serait une source d’énergie plus dangereuse que les autres combustibles de cuisson. Un a priori principalement dû à un manque d’information des utilisateurs, sur lequel le Geres travaille activement.

Développer un réseau de femmes entrepreneures pour émanciper les femmes financièrement et faire connaître ces solutions électriques en zone rurale

Pour relever le défi, l’entreprise sociale en cours d’incubation par le Geres Ah Lin Tan (qui signifie « Radiance » en birman) soutient et forme un réseau de femmes entrepreneures au dernier kilomètre pour commercialiser une sélection d’appareils de cuisson électriques économes et qualitatifs. (Le Projet sur financement de l’AFD, Eurofins, la Ville de Paris et la Fondation Synergie Solaire)

Cette démarche s’inscrit dans le cadre du projet d’accès à l’énergie durable en milieu rural du Geres. Objectif : encourager l’autonomisation des femmes birmanes via le renforcement de l’entrepreneuriat (celles-ci sont formées à vendre des équipements et kits solaires durables dans les villages) mais aussi à faciliter l’accès de tou.te.s à des services énergétiques fiables, durables et financièrement abordables.

Bémol : aujourd’hui, les fournisseurs locaux d’appareils électroménagers sont par ailleurs touchés par des problèmes de chaîne d’approvisionnement. Il est donc nécessaire qu’une mise à l’échelle s’opère, afin notamment d’améliorer les flux logistiques, que les femmes entrepreneures soient formées et qu’elles sensibilisent les usager.e.s pour développer les ventes.

En activant ces trois leviers, l’achat de produits en plus grandes quantités à des prix plus bas et/ou l’importation de produits seraient facilités et Ah Lin Tan serait alors moins dépendant des fournisseurs locaux.

Utilisatrice birmane cuisson électrique cambodge

Le service après-vente de réparation : une vraie valeur ajoutée pour le réseau de femmes entrepreneures

D’après l’étude, les femmes entrepreneures ont l’opportunité clé de se démarquer en améliorant le service après-vente des produits électriques.

Aujourd’hui, la réparation et l’entretien sont compliqués dans les zones rurales, car sans un certain niveau de ventes, il est impossible de couvrir les coûts logistiques liés aux retours aux fournisseurs de produits relativement peu coûteux.

Etant basées localement, les femmes entrepreneures formées par Ah Lin Tan peuvent contribuer à atténuer ce problème en effectuant des réparations localement ou en donnant des conseils sur le diagnostic des appareils défectueux.

Prochaines étapes : démontrer les résultats positifs de l’étude afin de convaincre les investisseurs pour l’adoption de la cuisson électrique au Myanmar

En montrant qu’il existe une demande soutenue pour la cuisson électrique, et ce même dans les zones rurales, l’étude pilote fournit une véritable base de données critique permettant au programme MECS (Modern Energy Cooking Services) et au Geres d’informer les décideurs et les investisseurs sur les possibilités évidentes de développer le secteur électrique au Myanmar.

Pour plus d’informations sur l’étude, le rapport final du Geres est disponible ici (en anglais).

DOCS EN TÉLÉCHARGEMENT

Rapport final – accès à l’énergie en milieu rural au Myanmar (version anglaise)

Télécharger le rapport

VOUS SOUHAITEZ AGIR EN FAVEUR DE LA SOLIDARITÉ
CLIMATIQUE ET SOUTENIR NOS ACTIONS ?

Dites-nous qui vous êtes et découvrez vos moyens d'action

CITOYEN·NE·S

Parce que la Solidarité climatique est l’affaire de toutes et tous, le Geres vous donne les clés pour passer à l’action.

AGIR EN TANT QUE CITOYEN·NE

ENTREPRISES

En tant que dirigeant·e d'entreprise, employé·e ou client·e responsable, vous avez le pouvoir d'agir au quotidien.

AGIR EN TANT QU'ENTREPRISE

INSTITUTIONS & COLLECTIVITÉS

Soutenez nos actions en France et à l'international et devenez un acteur de la Solidarité climatique.

AGIR EN TANT QU'INSTITUTION

FONDATIONS

En vous engageant aux côtés du Geres, vous contribuez à la mise en œuvre d’actions innovantes et concrètes.

AGIR EN TANT QUE FONDATION