RESTEZ INFORMÉ DE NOS INFORMATIONS JE M'INSCRIS À LA NEWSLETTER
14 avril 2022

Interview – « J’aimerais que Tata soit le 1er territoire à énergie positive de la Méditerranée »

Noura Abaillat est animatrice au Centre Information Energie de Tata au Maroc. Un projet accompagné par le Geres depuis 2017 et inauguré en 2020. En janvier 2022, elle rejoint en service civique l’ONG marseillaise dans le but de renforcer ses compétences en matière de sensibilisation et d’énergie.  

Dans cette interview, Noura nous raconte son parcours, ses missions entre la France et le Maroc et les spécificités de ce centre, qui lui tient particulièrement à cœur.

Noura Abaillat - chargée de sensibilisation énergie-climat en France et au Maroc.

Noura Abaillat

Noura est chargée de sensibilisation énergie-climat en France et au Maroc. A Tata, elle est animatrice au Centre Information Energie, accompagné par le Geres. Noura sensibilise tous les publics à l’efficacité énergétique.

Q./Avant d’en savoir un peu plus sur toi, peux-tu nous expliquer le concept de ce Centre Information Énergie et depuis quand celui-ci est sorti de terre ?

N.A — Le Centre Information Énergie de la ville de Tata fournit des services de sensibilisation et d’éducation autour de l’efficacité énergétique tout en créant des opportunités d’emplois en lien avec la thématique de l’énergie. Grand public, écoles, universités, instituts … tout le monde est bienvenu et les sensibilisations sont gratuites.

Inauguré en 2020, le centre est né grâce à un projet d’énergie durable dans les provinces de Midelt et de Tata, piloté par les ministères de l’énergie marocain et allemand et mis en œuvre par l’agence de coopération allemande pour le développement, avec la participation de la Province et la commune de Tata et l’intervention de l’association marocaine We Speak Citizen et du Geres bien sûr.

En savoir plus sur les centres informations énergie au Maroc

Q./ Quel est le rôle du Geres dans la mise en place de ce centre ?

N.A — Depuis 2017, le Geres conseille Tata sur le modèle socio-économique, la gouvernance, les missions de ce centre mais aussi sur la construction et la mise en valeur du bâtiment. Le Geres appuie aussi la ville sur les modes d’action pour la population de Tata et faire en sorte que les habitant-es vivent mieux, tout en minimisant l’impact sur l’environnement. Et plus largement, les équipes de Geres appuient nos collègues marocain-es sur la partie sensibilisation et formation. A noter que les activités du CIE sont financées par la Fondation Nexans et l’Agence Française de Développement.

Il faut savoir aussi qu’il existe trois autres centre infos énergie au Maroc : à Chefchaouen, Oujda et Midelt.

En savoir plus sur les actions du Geres au Maroc

Noura sensibilisation centre information énergie TATA

Q./ Le Centre Information Energie de Tata serait construit de manière bioclimatique, qu’est-ce que ça veut dire ?

N.A — Oui, le modèle bioclimatique a été choisi afin d’avoir une température convenable en été comme en hiver sans gaspillage d’énergie. Dans ce cas précis, le bâtiment a en effet été construit en respectant les principes de base de l’architecture bioclimatique : protections solaires, bonne orientation et inertie thermique du bâtiment, matériaux de construction adaptés, etc. Le bâtiment est semi-enterré et a été bâti en terre (pisé) mais aussi avec des roseaux ; ressources locales utilisées traditionnellement. C’est une solution adaptée au climat continental puisqu’ici, il fait très chaud l’été et relativement froid l’hiver.

Nous avons fait ce choix pour que le bâtiment devienne en lui-même un vrai modèle d’efficacité énergétique dans la Province et qu’il puisse être en accord avec la nature environnante.

« Notre ambition est de faire de la ville de Tata, le premier territoire à énergie positive de la méditerranée »

Q./ Pourquoi la ville de Tata a été choisie pour accueillir un Centre Information Energie ? Quels étaient ses besoins au départ ?

N.A — Comme je le disais tout à l’heure, ici le climat est continental et saharien : on peut monter jusqu’à 50° l’été et descendre à 10°C en hiver. Face à la rudesse des températures, la population utilise énormément la climatisation.

Les réfrigérateurs tournent à plein régime l’été et, en plus des conséquences climatiques, la facture énergétique de chacun-e augmente fortement. Il y a donc un vrai besoin de créer un espace dédié pour sensibiliser les gens à la réduction de leur consommation et plus largement, les aider à changer leur comportement. Pour y faire face, la commune et la province de Tata ont tout de suite réagit favorablement à la proposition des porteur-es de projet pour réaliser un CIE, inspiré par celui de Chefchaouen, visité d’ailleurs par la ville en 2017.

En savoir plus sur les Centre Information Energie avec le modèle de Chefchaouen

Q./ Pourquoi as-tu choisi de travailler dans ce Centre Information Energie ?

N.A J’aime notre ville, j’y suis née et y suis très attachée. J’avais naturellement à cœur d’améliorer Tata. Travailler dans ce sens était une super opportunité.

Q./ Justement, quel est ton rôle à toi là-bas ?

A.B Je suis animatrice depuis 2020 dans ce centre et je suis membre de la Coopérative de l’Efficacité Energétique de Tata qui gère le CIE. Mon rôle au quotidien est de sensibiliser et de former tous les publics sur l’efficacité énergétique et l’énergie solaire. Je réalise aussi des visites du centre pour expliquer la particularité de son architecture, de ses matériaux. J’adore mon travail ! Les missions sont variées et je rencontre beaucoup de profils différents.

Q./ Comment ça s’est fait concrètement ?

N.A Je me suis très vite intéressée au domaine de l’énergie solaire. Après un double diplôme en électricité de maintenance industrielle et installation de systèmes photovoltaïques de l’Institut de technologies appliquées de Tata, j’ai choisi d’assister à la formation donnée en 2019 par le Geres sur la sensibilisation du public à la maîtrise de l’énergie.

J’ai donc suivi un an et demi de formation et d’ateliers de co-construction du projet du CIE avec la société civile de Tata dispensés par l’ONG We Speak Citizen. Cela a abouti à la création de la coopérative, dont je suis aujourd’hui une des 18 membres fondateur-ices. Je suis très impliquée sur la thématique et mon intérêt pour le sujet a continué d’augmenter. En bref, tout ça, toute cette expérience, toutes ces personnes rencontrées m’ont amené à devenir animatrice au Centre Info Energie de Tata.  

Q./ Noura, tu es arrivée en service civique en janvier dernier au Geres. Peux-tu nous expliquer ton rôle et pourquoi avoir choisi cet échange de 10 mois en France au Geres ?

N.A —  Oui, avant tout, je suis venue au Geres pour renforcer mes compétences et mes connaissances en matière de transition énergétique.

Cette année, mon rôle est principalement de faire le lien entre le Maroc et la France sur les enjeux et solutions énergie climat, animer les webinaires France-Maroc sur la thématique et contribuer à la réalisation de groupes de travail sur le sujet.

En rejoignant l’équipe du Geres basée en France, qui appuie le développement des SIEC (Service, information, énergie climat) en Méditerranée mais aussi lutte contre la précarité énergétique en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, j’avais l’envie de pouvoir bénéficier de l’expertise de l’ONG sur la sensibilisation, l’animation… Mais aussi me perfectionner sur la réalisation d’un bon audit énergétique ou encore l’utilisation d’équipements de mesure tels qu’une caméra thermique dans un bâtiment.

« Avant, j’étais très introvertie. Aujourd’hui, grâce à mes formations, mes ateliers, j’ai développé le goût des connaissances, du relationnel avec les autres. En fait, j’aime être utile aux gens. »

Q./ Et humainement, c’est un vrai changement de quitter sa ville pendant quasiment un an, quelles étaient tes attentes ?

N.A J’avais tout simplement l’envie de m’ouvrir à une autre culture que la mienne, élargir mon réseau et surtout, maîtriser parfaitement la langue française.

Q./ Cela fait un peu plus de 3 mois maintenant que tu es au Geres, quelles sont tes premières impressions ?

N.A C’est la première fois que je m’éloigne de ma famille, que je viens à Marseille, et je dois dire que j’ai pris goût à l’indépendance, à ma vie de quartier. Au Maroc, j’étais toujours avec mes parents, aujourd’hui, je suis devenue complètement autonome et j’adore ça. J’aime beaucoup Marseille.

Q./ Qu’est-ce que tu aimes le plus au Geres ?

N.A — Le travail en équipe ! Très enrichissant de rencontrer les différents expert-es énergie. 

Noura avec chaymae Belatmane et Virginie Guy du Geres

Q./ On sait qu’aujourd’hui que le secteur du bâtiment et de l’énergie en France compte plus d’hommes que de femmes. Qu’en est-il au Maroc ?  

N.A Je n’ai pas le pourcentage exact mais à Tata et plus largement au Maroc, je sais que les femmes sont très impliquées et intéressées par le métier du bâtiment durable. Il y a d’ailleurs plus de femmes que d’hommes dans notre coopérative !

Q./ Tu saurais nous dire, à peu près, combien de personnes ont pu visiter le Centre Info Energie de Tata depuis son inauguration en 2020 ?

N.A Au total, depuis son ouverture, le CIE a pu toucher 355 personnes via des visites organisées, plus de 1400 personnes en visite libre, 400 personnes ont également pu échanger avec nos équipes grâce à une opération itinérante de sensibilisation et 22 écoles ont pris la peine de venir nous voir.

Q./ Très positif ces chiffres, quand on sait en plus que la pandémie est passée par là. Et pour finir, toi Noura, tu te vois où dans 10 ans ?

N.A — Si tout se passe bien, je me verrais bien Experte énergie climat à Tata 😊

 

Propos recueillis par Anna Revert, chargée de communication au Geres.

Les actus du Geres au Maroc

Le Geres diffuse 5 témoignages de bénéficiaires de fours à haute performance énergétique au Maroc

Le Geres diffuse 5 témoignages de bénéficiaires de fours à haute performance énergétique au Maroc

Ils et elles s’appellent Mostafa, Fattouma, Mohammed, Laïla et Zénouba. Leur point commun ? Toustes ont choisi de cuire leur pain et ...

Partenariat – La Fondation Air Liquide soutient la cuisson durable au Maroc

Partenariat – La Fondation Air Liquide soutient la cuisson durable au Maroc

Dans le cadre d’un nouveau partenariat avec le Geres, la Fondation Air Liquide a rencontré les bénéficiaires de fours à haute ...

8 événements inspirants qui ont déjà célébré le Jour de la terre 2022 en France

8 événements inspirants qui ont déjà célébré le Jour de la terre 2022 en France

Cette année, le Jour de la Terre est coordonné par le Geres. L’occasion pour nous de faire un premier zoom sur les actions menées par ...

VOUS SOUHAITEZ AGIR EN FAVEUR DE LA SOLIDARITÉ
CLIMATIQUE ET SOUTENIR NOS ACTIONS ?

Dites-nous qui vous êtes et découvrez vos moyens d'action

CITOYEN·NE·S

Parce que la Solidarité climatique est l’affaire de toutes et tous, le Geres vous donne les clés pour passer à l’action.

AGIR EN TANT QUE CITOYEN·NE

ENTREPRISES

En tant que dirigeant·e d'entreprise, employé·e ou client·e responsable, vous avez le pouvoir d'agir au quotidien.

AGIR EN TANT QU'ENTREPRISE

INSTITUTIONS & COLLECTIVITÉS

Soutenez nos actions en France et à l'international et devenez un acteur de la Solidarité climatique.

AGIR EN TANT QU'INSTITUTION

FONDATIONS

En vous engageant aux côtés du Geres, vous contribuez à la mise en œuvre d’actions innovantes et concrètes.

AGIR EN TANT QUE FONDATION